FREUD (L.)


FREUD (L.)
FREUD (L.)

FREUD LUCIAN (1922- )

Lucian Freud, petit-fils de Sigmund Freud, est né en 1922, à Berlin, au sein d’un milieu aisé. L’artiste cultivant le secret sur sa vie privée, l’évocation familiale se bornera à cette seule mention. Dans les années 1960, où l’œil s’était habitué aux lisses et décentes effigies du pop art, il semblait que Lucian Freud ait choisi de reprendre le portrait là où Rembrandt l’avait laissé. Cette passion pour l’exposition et la déréliction des chairs, sans apprêt de surface, sans rien qui sauve le modèle de son anéantissement existentiel, ne s’était pas rencontrée depuis le maître hollandais. Mais Freud a évacué cette sorte d’hébétude mystique qui imprègne les visages ridés peints par Rembrandt. La grâce, immatérielle, a vécu; célébrons la graisse, matérielle et subtile. Si Freud sympathise avec les grosseurs lymphatiques (au sens médicinal et figuré), jamais il ne verse dans le «grotesque» (George Grosz et Otto Dix, ses premières influences, furent reniés par la suite). Il témoigne au contraire d’un infini respect pour l’intégrité volumétrique et expressive de ces chairs dont la croissance – difformités, vergetures, bubons, capitons et anomalies posturales compris – est surveillée avec une patience implacable de jardinier. L’idéalisation du corps est rejetée. L’idéal, très tôt affirmé, de Lucian Freud, s’inscrit dans la rencontre, dans le choc, entre la matière picturale et l’objet carné. L’incarnation plastique naît de leur double portrait: portrait d’une mère, par exemple, (The Artist’s Mother Resting I , 1976), mais aussi portrait d’une technique dans ce qu’elle peut avoir de plus brutal. Une question lancinante semble tourmenter Lucian Freud: comment suis-je à même d’en-visager ce qui se présente à moi (homme, femme, plante, animal), de quel point de vue? La réponse donnée écarte nettement l’ambiguïté (et distingue Freud de son contemporain Francis Bacon). Le spectateur est engagé, engainé dans le regard du peintre – ou renonce sur le champ...

En 1933, les parents de Lucian Freud émigrent en Grande-Bretagne après l’arrivée au pouvoir de Hitler. Naturalisé anglais, ses dons précoces (L’Homme au pigeon , dessin, 1944) le font remarquer de la colonie artistique londonienne. Après un rapide détour, plus parodique que convaincu, dans les parages du surréalisme (Le Salon du peintre , 1943), Lucian Freud prend Ingres pour modèle. Alors, la précision obsessionnelle de son dessin, non exempt d’un certain maniérisme, lui fait découvrir tout ce que le «réalisme», exacerbé par une puissance visionnaire qui se contient dans les strictes limites d’un contour fermé, peut receler d’étrangeté inquiète (Girl in a Dark Jacket, 1947; Interior in Paddington , 1951, Walker Art Gallery, Londres). Il y eut donc une certaine logique dans ce brevet d’«Ingres de l’existentialisme» que lui décerna le critique anglais Herbert Read. Le titre aurait peu de valeur si Freud n’avait effectivement fréquenté à cette époque les hauts lieux sartriens, à Paris, et ses alliés objectifs parmi les artistes, pour en concevoir une nouvelle forme de liberté. Les formes, si rigidement circonscrites dans l’espace du tableau, se mettent à déborder du cadre assigné. La technique change. Le pinceau en poil de martre fait place à la brosse, la couleur perd toute fonction symbolique pour épouser les accidents de cette chair qui paraît désormais s’offrir à quelque holocauste bestial et complice. La Tête endormie de 1962 marque un tournant. Comme le révèle Freud lui-même: «J’allais faire un nu, quand je me suis aperçu que je pouvais le faire avec la tête seule.» Toute l’œuvre à venir peut être résumée par ces mots: visage ou corps entier, autoportrait ou portrait des intimes, Lucian Freud a entrepris d’émasculer les vices de l’apparence au profit de la seule présence – fortement sexuée. Maints sujets sont ainsi intitulés Naked Portrait , au lieu du traditionnel Nude . Dès lors, quand toutes les bienséances picturales, sociales ou morales (Homme nu avec son ami , 1978) sont irrémédiablement abolies, l’homme dénudé surgit dans son pelage zoologique. Monstre? (Leigh Bowery assis , 1990). On sait, depuis Victor Hugo et le XIXe siècle, que le sublime réside aussi dans la monstruosité. Si son illustre aïeul s’était voulu archéologue des âmes, Lucian Freud, lui, peut être qualifié de paléontologue du corps humain – non du squelette, mais des tissus cellulaires portés à leur maximum de dilatation incandescente, (indécence, extase contagieuse de l’obésité dans Benefits Supervisor Resting , 1994). Expressions , l’exposition diptyque consacrée, en 1995, par la fondation Maeght à Francis Bacon et à Lucian Freud, a montré que les transfigurations formelles du premier perdaient un peu de leur tragique et de leur subversion, juxtaposées à la monumentalité des créatures freudiennes. (Catalogue et texte de J.-L Prat, éditions Maeght 1995.) Dans l’œuvre de Lucian Freud, si peu tournée vers le paysage, un sujet fait exception et prend valeur d’emblème. Avec Waterground With Houses, Paddington , 1970-1972, il semble que le «regardant» ait voulu imiter les pouvoirs de la photographie. Mais de cette imitation, par un effet d’hypnose et de réappropriation propre à l’artiste, naît un basculement dans l’irréel.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • FREUD (S.) — Sigmund Freud est l’un des savants qui ont le plus marqué la pensée de notre siècle. Parti d’une recherche sur l’étiologie des névroses, il a créé une œuvre qui déborde largement le domaine de la pathologie pour couvrir de nombreux secteurs du… …   Encyclopédie Universelle

  • Freud — ist ein häufiger umgangssprachlicher Ausdruck für Freude. Freud ist der Familienname von: Amalia Nathansohn Freud (1835–1930), Mutter Sigmund Freuds Anna Freud (1895–1982), Tochter von Sigmund Freud, Psychoanalytikerin Anton Walter Freud… …   Deutsch Wikipedia

  • FREUD (A.) — Anna FREUD 1895 1982 La fille de Freud, le dernier de ses six enfants, Anna, décédée le 9 octobre 1982 à Londres, fut la seule, dans la fratrie, à suivre les traces du père, dont elle était la préférée et dont elle devint le plus fidèle disciple …   Encyclopédie Universelle

  • Freud — Freud,   1) Anna, britische Psychoanalytikerin österreichischer Herkunft, * Wien 3. 12. 1895, ✝ London 9. 10. 1982, jüngste Tochter von 3); seit ihrer Emigration 1938 vorwiegend in Großbritannien tätig; gründete und leitete ein kinderanalytisches …   Universal-Lexikon

  • Freud — Freud, pasión secreta Saltar a navegación, búsqueda Freud Título Freud, pasión secreta Ficha técnica Dirección John Huston Producción Wolfgang Reinhardt Guión …   Wikipedia Español

  • Freud — Freud, Sigmund * * * (as used in expressions) Freud, Anna Freud, Lucian Freud, Sigmund …   Enciclopedia Universal

  • Freud — prop. n. Sigmund Freud, the founder of the practise of psychoanalysis. Born 1856, died 1939. [WordNet 1.5] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Freud — (Sigmund) (1856 1939) psychiatre autrichien; fondateur de la psychanalyse. Il fit des études médicales à Vienne de 1873 à 1881, puis s orienta vers la neurologie. En 1885, à Paris, Charcot l initia à la méthode hypnotique. En 1891, il travailla… …   Encyclopédie Universelle

  • Freud — die; meist in in Freud und Leid geschr; nicht nur solange es angenehm und schön ist, sondern auch dann, wenn es Probleme gibt ≈ in guten wie in schlechten Zeiten: Das Ehepaar hielt in Freud und Leid treu zueinander …   Langenscheidt Großwörterbuch Deutsch als Fremdsprache

  • freud — freud·ism; freud·i·an; freud·i·an·ism; …   English syllables


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.